Le goût des choses simples

17 janvier 2018

Porridge à la banane, graines de chia et miel

 

 

 

Ingrédients (pour 1 personne) :

    -  40 g de flocons d’avoine

    -  5-10 g de graines de chia

    -  125 ml de lait

    -  1 banane

    -  1 cc de miel

    -  miel, amandes effilées, spéculoos, graines de chia…

 

Peler la banane et en écraser 2/3 à la fourchette dans un bol. Verser les flocons d’avoine et les graines de chia, ajouter le miel puis couvrir de lait. Mélanger pour bien répartir les graines de chia dans le bol. Réserver au réfrigérateur toute la nuit.

Le lendemain, sortir le porridge du réfrigérateur, ajouter des rondelles de la banane restante, quelques amandes effilées, graines de chia, spéculoos émiettés et servir.

 

Avis : un peu dans le même esprit que ce porridge mais en rajoutant de la banane. Et j'ai bien aimé aussi, la banane apporte de l'onctuosité au porridge et une saveur sympa, et les amandes et spéculoos apportent un agréable contraste au niveau des textures.

Pour que ce soit encore plus facile et encore plus rapide à réaliser : 40 g de flocons d'avoine, ça correspond environ à 3 grosses cs bombées de flocons d'avoine, et 10 g de graines de chia à 1 cs rase. Et un verre (type verre de cantine) contient environ 125 ml.

 


15 janvier 2018

Quiche aux poireaux, champignons et camembert

 

 

 

Ingrédients (pour 6 personnes) :

Pour la pâte à tarte :

    -  200 g de farine (150 g de farine complète et 100 g de farine blanche)

    -  100 g de beurre

    -  1 œuf

    -  5-6 cs d'eau froide

    -  1 pincée de sel

Pour la garniture :

    -  150-200 g de champignons (soit 500 g surgelés)

    -  1 petit poireau

    -  2 oeufs

    -  200 ml de lait

    -  1 gousse d'ail

    -  3/4 camembert

    -  sel et poivre, huile d'olive

 

Verser les farines dans un saladier, creuser un puits au centre et ajouter le beurre coupé en dés. Sabler la pâte du bout des doigts jusqu’à obtenir une texture sableuse. Ajouter l’œuf et travailler la pâte à la main, en ajoutant l'eau au fur et à mesure, jusqu’à former une boule lisse, souple et homogène. Réserver au frais 30 min.

Laver le poireau et le couper en fines rondelles. Couper le camembert en tranches.

Faire revenir les champignons et le poireau dans une poêle sur feu vif, avec un filet d'huile d'olive et la gousse d'ail écrasée ou hachée finement. Laisser évaporer le jus de cuisson des champignons. Assaisonner, laisser cuire jusqu'à ce que les poireaux soient tendres puis retirer du feu et réserver.

Sur un plan de travail légèrement fariné, abaisser la pâte sur 3-4 mm d'épaisseur puis foncer un moule à tarte.

Battre les œufs en omelette dans un bol puis ajouter le lait. Saler, poivrer. Répartir les champignons et poireaux sur le fond de tarte puis y verser l’appareil à quiche. Disposer les lamelles de camembert en surface.

Enfourner 35-40 minutes à 180°. Laisser tiédir sur une grille. Servir avec une salade verte par exemple.

 

Avis : très bon ! J'avais déjà essayé de réaliser une quiche aux champignons, poireaux et bleu et celle-ci, avec du camembert est très sympa aussi, surtout quand elle est servie chaude et que le camembert est encore coulant !

Bien faire suer puis égoutter les champignons et poireaux, pour éviter qu'ils ne rendent trop d'eau à la cuisson et ne détrempent la pâte.

 

12 janvier 2018

Gâteau au beurre

Recette d'Agnès

 

 

 

125 gr beurre demi-sel mou (pommade)

20 gr beurre doux fondu

3 œufs

125 gr poudre d’amande

100 gr sucre  + 2 cs

40 gr farine

2 sachets sucre vanillé

½ sachet levure

1 cs rhum ( facultatif)

 

Fouetter le beurre demi-sel avec les sucres pour obtenir une pâte lisse. Ajouter les œufs un par un en mélangeant bien entre chaque, puis le rhum, la poudre d’amande, la farine et la levure. La pâte doit être bien homogène.

Verser la pâte dans un moule rectangulaire antiadhésif ou garni de papier cuisson. Placer au four, préchauffé à 170° pendant 30 mn environ.

Sortir le gâteau du four, le badigeonner de beurre doux fondu, le saupoudrer de sucre et le remettre au four 5 min.

Laisser refroidir avant de servir.

 

Mon avis : mieux que le kouign-amann ! Ce gâteau contient autant de beurre que de poudre d’amande ce qui le rend….assez nourrissant. A déguster avec modération, au retour du ski, en période de famine, avec 2 litre de thé vert, en repas du soir après un petit bouillon allégé. Mais c’est bon !

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 janvier 2018

Porridge au potiron façon Pumpkin Pie

 

 

 

Ingrédients (pour 1 personne) :

    -  50 g de petits flocons d'avoine

    -  300 ml de lait

    -  100 g de purée de potiron

    -  1 cs de sirop d'érable

    -  1 cc d'épices : cannelle, gingembre, badiane, girofle...

    -  garniture : noix concassées, cranberries, fromage frais, pomme, sirop d'érable...

 

Faire chauffer le lait dans une casserole avec le sirop d'érable et les épices, jusqu'à ce qu'il frémisse. Y verser les flocons d'avoine en pluie et remuer. Laisser cuire à frémissement sur feu doux à moyen, pendant environ 5-10 minutes (voire plus), le temps que les flocons gonflent, épaississent et que le lait soit presque entièrement absorbé. Ajouter la purée de potiron et laisser cuire encore 1-2 minutes.

Couper le feu et laisser reposer 2-3 min. Le porridge va épaissir en refroidissant.

Dans un bol, verser le porridge, ajouter une cs de fromage frais, quelques noix et cranberries, quelques bâtonnets de pomme, un filet de sirop d'érable, et servir immédiatement.

 

Avis : un porridge original et plutôt sympa, parfumé dans l'esprit de la tarte à la citrouille, avec une consistance très très crémeuse et un topping bien croustillant. Les épices sont à doser selon les goûts, pareil pour les quantités de garniture. Le mélange lait-purée n'est pas totalement absorbé, ce qui rend la texture très crémeuse.

 

05 janvier 2018

Entremets chocolat-noisette façon Kinder Bueno

 

 

 

Ingrédients (pour un entremets 21 cm de diamètre) :

Pour le financier aux noisettes :

    -  130 g de blancs d'œufs

    -  95 g de sucre glace

    -  90 g de poudre de noisettes

    -  25 g de beurre

Pour le croustillant noisette :

    -  50 g de noisettes

    -  50 g de chocolat au lait

    -  60 g de gavottes

Pour le crémeux noisette :

    -  300 g de crème liquide (20%) 

    -  5 jaunes d’œufs

    -  160 g de pâte de noisettes

    -  2,5 feuilles de gélatine

Pour la mousse au chocolat au lait praliné :

    -  4 jaunes d’oeufs

    -  100 g de sucre

    -  33 g d’eau

    -  3 feuilles de gélatine

    -  225 g de chocolat au lait praliné

    -  300 g de crème liquide entière (30%)

Pour le glaçage :

    -  110 g de sucre

    -  90 g d’eau

    -  75 g de crème liquide entière

    -  50 g de chocolat blanc + 35 g de chocolat au lait

    -  2 feuilles de gélatine (4g)

Pour le streusel :

    -  30 g de noisettes (ou poudre de noisette)

    -  25 g de beurre

    -  25 g de cassonade

    -  25 g de farine

 

Pour le glaçage :

(Il restera du glaçage, c'est normal. La quantité de glaçage doit être plus importante que nécessaire pour assurer une finition parfaite, régulière et sans trous. Le surplus qui s'écoule peut ensuite être récupéré et congelé sans problème pour une utilisation future...)

Faire ramollir la gélatine dans un grand bol d'eau froide.

Porter le sucre et l'eau à ébullition dans une casserole. Laisser bouillir encore quelques instants puis retirer du feu et faire fondre la gélatine essorée.

Faire fondre le chocolat blanc au bain marie ou au micro-ondes puis incorporer la crème. Mélanger au sirop. Laisser refroidir à température ambiante puis réserver au frais.

 

Pour le biscuit financier noisette :

Faire fondre le beurre puis le laisser légèrement tiédir.

Battre les blancs d’œufs en neige.

Mélanger la poudre de noisette et le sucre glace. Incorporer un tiers des blancs en neige en fouettant vigoureusement pour lier la pâte puis ajouter le beurre fondu. Incorporer ensuite le reste de blancs d’œufs en neige délicatement à la spatule. Verser dans un cercle à pâtisserie de 18 cm de diamètre, posé sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé de 18 cm.

Cuire 12 min à 170°, chaleur tournante. Laisser refroidir, décoller les rebords à l’aide d'une lame de couteau (sans retirer le cercle) puis congeler. Si le biscuit est trop épais ou bosselé, le découper dans l'épaisseur pour en réduire l'épaisseur ou le lisser avant de le congeler.

 

Pour le streusel :

Dans un saladier, mélanger la farine, la poudre de noisettes et le sucre. Ajouter le beurre froid coupé en dés et sabler la pâte du bout des doigts jusqu'à obtenir une texture grossièrement sablée. Si le beurre ramollit trop, rassembler la pâte en boule puis réserver au réfrigérateur pour figer le beurre et pouvoir ensuite émietter facilement la pâte.

Parsermer de petites miettes de crumble sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé.

Faire cuire 10-12 min à 170° (en même temps que le financier), jusqu'à ce que le crumble soit légèrement doré et bien croustillant. Laisser refroidir puis réserver dans une boite hermétique.

 

Pour le croustillant noisette :

Torréfier les noisettes à la poêle, laisser refroidir puis concasser grossièrement. 

Réduire les gavottes en poudre.

Faire fondre le chocolat au bain marie, ajouter les brisures de noisettes et de gavottes, mélanger (éventuellement à la main) pour bien tout enrober. Etaler sur le biscuit financier noisette surgelé (toujours dans le cercle). Remettre au congélateur.

 

Pour la crémeux aux noisettes :

Faire ramollir la gélatine dans un récipient d’eau froide. 

Dans une casserole, porter à ébullition la crème avec la pâte de noisettes.

Fouetter les jaunes avec le sucre et verser progressivement le mélange crème/noisette bouillant dessus, sans cesser de mélanger. Remettre sur feu doux en remuant constamment, jusqu’à ce que la crème épaisse mais sans laisser bouillir. Ajouter la gélatine égouttée et bien mélanger. Eventuellement passer le tout au mixer plongeant. 

Verser le crémeux noisette dans 3 moules à quenelles et dans le cercle à pâtisserie contenant déjà le biscuit financier et le croustillant. Remettre au congélateur.

 

Pour la mousse au chocolat au lait praliné :

Préalablement, réserver la crème 20-30 min au congélateur et le saladier au frais.

Faire ramollir la gélatine dans un récipient d’eau froide. Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Dans une casserole, porter le sucre et l'eau à ébullition et laisser bouillir jusqu'à ce que le sirop atteigne 110°. Ajouter la gélatine égouttée dans le sirop. Battre les jaunes d'oeufs au fouet dans un saladier puis verser progressivement le sirop bouillant, tout en fouettant. Continuer à battre jusqu'à refroidissement, pour obtenir au final ce qu'on appelle une "pâte à bombe". 

Monter la crème en chantilly.

Incorporer la pâte à bombe au chocolat fondu puis terminer en incorporant délicatement la crème fouettée.

 

Démouler l'ensemble financier/croustillant/crémeux. Le poser sur une plaque rigide passant au congélateur, garnie de papier sulfurisé, au centre d'un deuxième cercle de 21 cm de diamètre. Couler la mousse chocolat autour puis sur l'insert central. Lisser la surface puis remettre au congélateur, le temps de faire prendre la mousse.

 

Pour la décoration :

Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie. L'étaler entre deux feuilles de papier sulfurisé, sur 1 mm d'épaisseur. Laisser cristalliser. Lorsque le chocolat a durci mais qu'il n'est pas encore complètement cassant, découper délicatement des disques de 6, 4 et 2 cm de diamètre à l'aide d'un emporte-pièce légèrement chauffé. Conserver ces pastilles au frais pour la décoration.

Pour les noisettes caramélisées, réaliser un caramel à sec en faisant fondre 3 cs de sucre dans une casserole anti-adhésive à fond épais. Quand le caramel est de couleur ambrée, y plonger les noisettes, préalablement plantées sur un cure-dent, une par une, et les égoutter tête en bas pour que le caramel s'égoutte et finisse par figer et durcir en formant un fil. Laisser refroidir et conserver dans un endroit sec à température ambiante.

Réchauffer doucement le glaçage au micro-ondes avant de l'utiliser à 30°. Démouler les quenelles de crémeux, les déposer sur une grille, elle-même déposée au dessus d'un récipient pour récupérer le surplus de glaçage. Verser le glaçage sur les quenelles pour les recouvrir uniformément. Laisser égoutter quelques minutes, glacer une deuxième fois si besoin. Découper les coulures et réserver au frais.

Récupérer le glaçage et y ajouter le chocolat au lait préalablement fondu. Mixer pour homogénéiser le glaçage si besoin. Réchauffer à 30°. Démouler l'entremets et le déposer sur une grille, posée de la même manière au dessus d'un récipient pour récupérer le surplus. Verser le glaçage, en une fois, pour le recouvrir uniformément. Laisser égoutter quelques minutes. Découper les coulures de glaçage.

A l'aide d'une grande spatule, déposer l'entremets sur un plat de présentation, avant qu'il ne dégèle. Décorer de poudre/éclats de noisette et des quenelles de crémeux (à manipuler avant qu'elles ne décongèlent complètement pour que ce soit plus facile). Laisser décongeler 3 heures à température ambiante ou 6 heures au réfrigérateur. Au dernier moment, rajouter les noisettes caramélisées, les disques de chocolat blanc et les miettes de streusel noisette sur le contour.

 

 

Avis : j'ai réalisé cet entremets pour mes collègues, en m'inspirant des Kinder Bueno dont beaucoup sont fan. Du coup, c'est un entremets très riche en noisette, avec un financier noisette très moelleux, un croustillant noisette/gavotte pour rappeler la gaufrette des Kinder et apporter un peu de contraste au niveau des textures, un crémeux noisette, peu sucré, et une mousse chocolat praliné. Et d'après leurs retours, il a été très apprécié !!!! Moi j'admets qu'il était beau mais un peu trop sucré pour moi, un peu trop noisette (pas assez de contraste de saveurs entre le crémeux et la mousse par exemple). Mais bon, franchement, je suis contente du résultat !

La pâte de noisette, c'est des noisettes mixées avec du sucre pour obtenir une pâte lisse et onctueuse comme de la purée de noisette. Normalement, on y met autant de noisette que de sucre mais comme je voulais un crémeux pas trop sucré, j'ai réduit la quantité de sucre à 1/4. Et en fait, j'ai procédé comme pour un praliné, c'est-à-dire en réalisant un caramel cuit avant d'y mélanger les noisettes (préalablement torréfiées) et de les mixer.

Pour le crémeux noisette, j'avais suivi la recette avec 3 jaunes d'oeufs mais ma couche de crémeux, une fois coulé dans le cercle, était tellement fine que j'ai recommencé une deuxième fois pour en remettre une épaisseur supplémentaire. (Du coup, en tout, ça fait beaucoup de jaunes d'oeufs !).

Pour le montage, afin d'obtenir une surface plus lisse, il est plutôt conseillé de monter l'entremets à l'envers, c'est-à-dire de verser la mousse dans le cercle puis de déposer l'insert au centre et appuyer délicatement dessus pour l'enfoncer dans la mousse. Sinon, si la surface n'est pas parfaitement lisse, on camoufle les défauts avec la déco ! Et pour retirer les cercles à pâtisserie facilement une fois que la mousse est congelée dedans, il est aussi conseiller de chemiser les moules avec une feuille de rhodoïd (sinon, comme moi, s'aider du sèche-cheveux pour faire fondre une fine pellicule de mousse à l'extérieur et arriver à détacher le cercle...).

Je n'ai pas de moule à quenelles. Du coup, j'ai versé un peu de crémeux dans des moules demi-sphère en les remplissant aux 2/3 et je les ai  congelés. Une fois prises, j'ai démoulé les demi-sphères, je les ai coupées en deux et j'ai recollé les deux morceaux sur leur autre tranche, en les frottant préalablement sur une surface chaude pour faire fondre la surface et les coller entre elles. Et j'ai tout remis au congélateur avant de les glacer.

 

 

La photo qu'on m'a envoyée de la découpe

 


31 décembre 2017

Thème 69 : les boissons chaudes d'hiver

Recette d'Agnès : infusion citron, gingembre et miel

 

 

 

Pour une tasse :

1/2 citron
1 cs miel
4 lamelles fines de gingembre épluché
eau bouillante

 

Recette d'Ophélie : lait de poule

 

 

 

Ingrédients (pour une personne) :

    -  200 ml de lait

    -  1 jaune d'oeuf

    -  2 cs de sucre

    -  2 cs de rhum

    -  chantilly et cannelle en poudre (facultatif)

 

Dans une tasse ou un verre, mélanger le sucre, le rhum et le jaune d'oeuf. Bien fouetter.

Dans une casserole, faire chauffer le lait.

Quand le lait arrive à frémissement, le verser progressivement, en fin filet, dans la tasse (ou le verre), en remuant vigoureusement pour ne pas "cuire" le jaune d'oeuf.

Eventuellement, ajouter la chantilly à l'aide d'une poche à douille, parsemer de cannelle et servir bien chaud.

 

Avis : j'ai toujours été curieuse de goûter un "lait de poule" et ma foi, j'ai bien aimé, on dirait une crème anglaise fluide, onctueuse et parfumée, c'est très bon ! On n'est pas obligé d'ajouter la chantilly mais c'est un petit supplément très agréable. Pareil, on peut faire son lait de poule sans mettre de rhum si on préfère sans alcool, changer d'alcool ou ajouter des épices selon ses envies (cannelle, girofle, vanille...).

Traditionnellement aux Etats-Unis, le lait de poule repose au réfrigérateur avant d'être servi et se boit frais. J'ai préféré le goûter quand il était encore chaud !

 

Et pour d'autres idées de boissons chaudes : 

- le traditionnel chocolat chaud ou, plus surprenant, le velouté de châtaigne au cacao et vanille

- les incontournables de Noël : le jus de pomme chaud et le vin chaud

- plus originaux, le pumpkin chaï tea latte ou le pumpkin spice latte

- ou tout thé parfumé que l'on peut créer selon ses envies, comme ce thé de Noël

 

27 décembre 2017

Sablés au café et chocolat

 

 

 

Ingrédients (pour une quinzaine de sablés) :

    -  150 g de farine

    -  1 dosette de café instantanné

    -  50 g de sucre

    -  80 g de beurre mou

    -  2 cs de lait

    -  qs chocolat noir

 

Travailler le sucre et le beurre mou en pommade. Ajouter la farine et le café instantanné et sabler la pâte du bout des doigts. Ajouter ensuite le lait pour rassembler la pâte puis la travailler jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène. Emballer la pâte dans du film étirable et réserver une heure au réfrigérateur.

Sortir la pâte du réfrigérateur et la laisser revenir à température ambiante pendant quelques instants. Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte sur 5-6 mm d'épaisseur, découper les sablés à l'emporte-pièce puis les déposer sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé.

Enfourner à 160° pendant 12-15 minutes : les sablés doivent très légèrement colorer. Laisser refroidir sur une grille.

Faire fondre le chocolat noir dans un récipient assez haut. Tremper les sablés dans le choclat pour les recouvrir à moitié. Les égoutter puis les déposer sur une feuille de papier sulfurisé. Parsemer de quelques pistaches concassées avant que le chocolat ne fige complètement puis laisser durcir. Conserver dans une boite hermétique.

 

Avis : des sablés bien croustillants, bien parfumés et délicieux avec une tasse de café.

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 décembre 2017

Entremets marron-myrtille

 

 

 

Ingrédients (pour un entremets de 22 cm de diamètre) :

Pour le biscuit à la châtaigne :

    -  30 g de poudre d’amande

    -  20 g de sucre glace

    -  80 g de blancs d’œufs

    -  30 g de farine de châtaigne

    -  55 g de sucre

    -  40 g de beurre

Pour l'insert myrtilles :

    -  300 g de compotée de myrtilles

    -  40 g de sucre

    -  1 cc de jus de citron

    -  3 feuilles de gélatine

Pour la mousse de marron :

    -  60 g de sucre

    -  20 g d’eau

    -  30 g de blancs d’œuf

    -  2,5 feuilles de gélatine (5 g)

    -  250 g de purée de marron

    -  125 g de crème de marron

    -  75 g de crème liquide entière

    -  200 g de crème liquide entière

Pour le glaçage :

    -  110 g de sucre

    -  90 g d’eau

    -  75 g de crème liquide entière

    -  50 g de chocolat blanc

    -  2 feuilles de gélatine (4g)

 Pour la décoration :

    -  mini-meringues

    -  myrtilles (fraîches si possible)

    -  200 g de pâte de marrons

    -  150 g de crème de marron

    -  (2 cs de rhum)

 

Pour le glaçage :

(Il restera du glaçage, c'est normal. La quantité de glaçage doit être plus importante que nécessaire pour assurer une finition parfaite, régulière et sans trous. Le surplus qui s'écoule peut ensuite être récupéré et congelé sans problème pour une utilisation future...)

Faire ramollir la gélatine dans un grand bol d'eau froide.

Porter le sucre et l'eau à ébullition dans une casserole. Laisser bouillir encore quelques instants puis retirer du feu et faire fondre la gélatine essorée.

Faire fondre le chocolat au bain marie ou au micro-ondes puis incorporer la crème. Mélanger au sirop. Laisser refroidir à température ambiante puis réserver au frais.

 

Pour la biscuit à la châtaigne :

Mélanger la poudre d'amande, la farine de châtaigne et le sucre glace.

Commencer à fouetter les blancs lentement et ajouter une pincée de sel. Battre ensuite les blancs plus rapidement pour incorporer le plus d'air possible. Dès que les fouets laissent des marques sur les blancs, ajouter le sucre petit à petit sans cesser de fouetter, pour les "serrer".

Verser en pluie le mélange poudre d'amande/sucre glace/farine et remuer très délicatement à l'aide d'une spatule pour ne pas faire retomber les blancs. Incorporer le beurre fondu et refroidi.

Verser la pâte dans un cercle à entremets de 20 cm de diamètre, préalablement posé sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé.

Cuire environ 20 minutes à 170°, en surveillant bien la coloration qui doit rester blonde dorée. Retirer du four et laisser refroidir avant de décoller du cercle en glissant une lame de couteau entre le biscuit et le rebords, sans toutefois retirer le cercle. Réserver sur une grille.

 

Pour l'insert myrtilles :

Placer la compotée de myrtilles, le jus de citron et le sucre dans une casserole. Cuire sur feu doux en mélangeant de temps en temps jusqu'à frémissement. Ajouter la gélatine préalablement ramollie dans l'eau froide et bien essorée.

Répartir sur le biscuit à la châtaigne, dans le cercle à pâtisserie. Réserver au congélateur.

 

Pour la mousse marrons :

Faire ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide.

Verser le sucre et l’eau dans une casserole. Faire chauffer sur feu moyen, en contrôlant la température avec un thermomètre.

Commencer à battre les blancs d'oeuf en neige dans un saladier, à vitesse minimum, pour les monter pendant que le sirop chauffe. Lorsque le sirop atteint 110°, fouetter à pleine vitesse pour obtenir des blancs plus fermes.

Lorsque le sirop atteint 118° (ne pas dépasser les 120°C), baisser la vitesse du batteur et verser le sirop en mince filet sur les blancs tout en fouettant, puis remettre à pleine vitesse. Une fois le sirop entièrement incorporé, continuer de fouetter jusqu’à ce que la meringue soit froide, soit environ 10 minutes. Réserver.

Chauffer la purée de marrons et porter à ébullition. Hors du feu, ajouter la crème de marrons et mélanger.

Porter les 75 g de crème liquide à ébullition et hors du feu, ajouter la gélatine ramollie et égouttée. Verser le tout sur la pâte de marron et mélanger.

Fouetter les 200 g de crème liquide entière enchantilly sans la monter trop fermement, elle doit être mousseuse. Incorporer délicatement la meringue italienne à la crème de marron puis incorporer la crème montée.

 

Pour le montage :

Démouler l'ensemble biscuit châtaigne et insert myrtilles. Le déposer au centre d'un cercle à pâtisserie de 22 cm de diamètre, préalablement posé sur une plaque rigide passant au congélateur, garnie d'une feuille de papier sulfurisé.

Couler la mousse marrons autour de l'insert puis continuer à remplir le moule (éviter les bulles d'air au contact du moule). Retirer le surplus de mousse et lisser la surface. Placer au congélateur le temps de faire prendre la mousse.

 

Pour la décoration :

Travailler la pâte de marrons avec une fourchette pour rendre la texture homogène. Continuer à mélanger en incorporant la crème de marron et le rhum, jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Réchauffer doucement le glaçage au micro-ondes avant de l'utiliser à 30° sur l'entremets encore congelé. Démouler l'entremets et le déposer sur une grille, elle-même déposée au dessus d'un récipient pour récupérer le surplus de glaçage. Verser le glaçage, en une fois, pour le recouvrir uniformément. Laisser égoutter quelques minutes. Découper les coulures de glaçage.

A l'aide d'une grande spatule, déposer l'entremets sur un plat de présentation, avant qu'il ne dégèle. Laisser décongeler 3 heures à température ambiante ou 6 heures au réfrigérateur. Décorer au dernier moment avec des filets de crémeux marron, des mini-meringues et des myrtilles.

 

 

 

Avis : très bon et très apprécié. J'avais déjà fait des entremets individuels marron-mûre (recette ici) mais j'ai préféré celui-ci, la texture de la mousse marron est bien plus légère (attention à utiliser de la purée/crème de marron bien lisse) et je préfère l'association de la châtaigne avec la myrtille plutôt qu'avec la mûre (mais ça, c'est très personnel). On peut rajouter des éclats de marrons glacés (ou de châtaigne cuite), ou encore des myrtilles dans le biscuit, pour ajouter une touche d'originalité.

Le glaçage est très transparent et ne cache donc pas du tout les défauts de la mousse. Il convient donc lorsque la mousse est lisse, sans imperfection (ni bulle d'air ni irrégularité) et d'une belle couleur, et qu'on veut juste un aspect brillant. Et pour colorer le glaçage, il vaut mieux choisir une autre recette.

Bien s'organiser à l'avance. L'insert puis la mousse doivent être entièrement congelés pour être utilisables, donc on peut s'y prendre plusieurs jours à l'avance.

Les meringues ramollissent très vite, donc le décorer l'entremets vraiment au dernier moment.

 

20 décembre 2017

Porridge chocolat-noisette façon Kinder Bueno

 

 

Ingrédients (pour 1 personne) :

    -  50 g de petits flocons d'avoine (= 1 verre)

    -  300 ml de lait ou lait de noisette (= 2 verres)

    -  2 carreaux de chocolat (noir ou au lait)

    -  1 grosse cs de purée de noisettes

    -  5-6 noisettes

    -  1 barre de Kinder Bueno

 

Concasser le chocolat en gros copeaux, ainsi que les noisettes et le Kinder Bueno.

Faire chauffer le lait dans une casserole, jusqu'à ce qu'il frémisse. Y verser les flocons d'avoine et remuer. Laisser cuire quelques minutes le temps que les flocons épaississent puis couper le feu et laisser reposer 2-3 min. 

Dans un bol, verser le porridge, remuer, puis déposer la purée de noisettes, des noisettes concassées, des copeaux de chocolat et de Kinder Bueno. Servir immédiatement.

 

Avis : j'ai adoré, c'est vraiment trop bon ! Crémeux, croquant, fondant, gourmand, croustillant... bref comment ne pas aimer ?? ;b

 

19 décembre 2017

Porridge prune et noisettes

 

 

Ingrédients (pour 1 personne) :

    -  50 g de petits flocons d'avoine (= 1 verre)

    -  300 ml de lait ou lait de noisette (= 2 verres)

    -  1 cs de compote ou confiture de prune

    -  1 cs de purée de noisettes

    -  5-6  noisettes

 

Faire chauffer le lait dans une casserole, jusqu'à ce qu'il frémisse. Y verser les flocons d'avoine et remuer. Laisser cuire quelques minutes le temps que les flocons épaississent puis couper le feu et laisser reposer 2-3 min. 

Dans un bol, verser le porridge et déposer la compote/confiture de prune, la purée de noisettes, des noisettes concassées et quelques morceaux de prunes ou de pomme. Servir tiède.

 

 

 

Avis : prune et noisette, c'est une association que j'aime bien. J'aurais voulu pouvoir ajouter quelques prunes fraîches mais ce n'est plus la saison... Mais bon, en tout cas, ça m'a beaucoup plu !!

Et j'ai aussi beaucoup aimé l'association pomme-noisette, sur le coté du bol où je n'avais pas mis de confiture de prune. Avec quelques lamelles de pomme poêlées caramélisées et des cubes de pomme crue supplémentaires, ça peut être pas mal !