Le goût des choses simples

20 mars 2017

Fondant amande et citron vert

 

 

 

Ingrédients (pour un gâteau) :

Pour la pâte :

    -  125 g de farine

    -  1 cc de levure chimique

    -  180 g de poudre d'amandes

    -  115 g de beurre mou

    -  115 g de sucre

    -  4 oeufs

    -  zestes et jus de 2 citrons

Pour le sirop d'imbibage :

    -  100 g de sucre

    -  90 g de jus de citron

Pour le glaçage :

    -  225 g de sucre glace

    -  zestes et jus d'1 citron

 

Fouetter le sucre avec le beurre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter ensuite la farine et la levure, puis les œufs un à un, en mélangeant entre chacun d'eux. Incorporer la poudre d'amande puis le jus des citrons.

Verser la pâte dans un moule à manquer de 20 cm de diamètre, beurré et fariné si besoin, et lisser la surface.

Enfourner à 180° pendant 30-40 minutes.

Pendant ce temps, préparer le sirop en portant à ébullition le sucre et les 90 g de jus de citron, stopper dès les premiers signes d'ébullition. Réserver.

Sortir le gâteau du four, le démouler et le laisser tiédir sur une grille. Le piquer de parts et d'autres avec un pic en bois à brochettes et verser le sirop sur le gâteau. Laisser refroidir.

Pour le glaçage, mélanger le sucre glace avec le jus et les zestes de citron. En tartiner la surface du gâteau, laisser durcir.

 

Avis : j'ai fait la recette en divisant les proportions par deux et je me suis plantée dans la cuisson. Du coup, j'ai été un peu déçue du résultat par rapport à ce que j'en attendais, mais c'est de ma faute... Je pense que ce gâteau peut être très bon (cf photo du site sur lequel j'ai trouvé la recette), donc je retenterai la recette, et si vous l'essayez avant moi, dites moi ce que vous en avez pensé !

 


12 mars 2017

Muffins mûres et citron vert

 

 

Ingrédients (pour 4 gros muffins) :

    -  180 g de farine

    -  1/2 sachet de levure

    -  50 g de sucre

    -  50 g de beurre

    -  1 oeuf

    -  90 ml de lait

    -  60-75 g de mûres

    -  40 ml de jus de citron vert

    -  les zestes de 1 citron vert

    -  1 pincée de sel

 

Dans un grand saladier, mélanger la farine, le sucre, les zestes de citron vert, la levure et le sel, puis ajouter le beurre mou coupé en dés et mélanger du bout des doigts pour obtenir une texture grossièrement sableuse. Ajouter ensuite l’œuf, le jus de citron vert et le lait, mélanger rapidement. La farine doit être juste incorporée mais la pâte ne doit pas être lisse. Ajouter délicatement les mûres.

Répartir la préparation dans des moules à muffins.

Faire cuire 30 min à 180°, jusqu'à ce que les muffins soient bien gonflés et bien dorés. Démouler et laisser tiédir sur une grille.

 

 

Avis : moelleux, gonflés, acidulés et doux, croustillants... top pour un goûter ou un petit déjeuner ! Meilleurs quand ils sont justes tièdes.

Adapter la quantité de sucre selon les goûts, pour compenser l'acidité du citron vert.

Mes moules à muffins sont énormes mais avec des moules plus petits, je pense qu'on peut facilement réaliser 6 muffins.

On peut rajouter quelques pépites de chocolat blanc ou au lait. Ou de la poudre d'amande éventuellement ?

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 mars 2017

Crêpes au lait ribot, pommes poêlées au confit de cidre

 

 

 

Ingrédients :          

Pour les crêpes (pour une douzaine de crêpes) :                                                                           

    -  250 g de farine                                                                             

    -  30 g de sucre en poudre (vergeoise, cassonade…)               

    -  3 œufs                                                                                            

    -  500 ml de lait ribot + 50 ml de lait                                                                            

    -  1 noisette de beurre salé  

Pour les pommes poêlées : 

    -  3 pommes

    -  1 noisette de beurre (salé)

    -  2 grosses cs de confit de cidre                                                     

 

Peler les pommes et les évider. Les détailler en petits dés.

Faire fondre le beurre dans une poêle anti-adhésive. Y verser les dés de pomme, ajouter le confit de cidre et remuer le temps que le confit se liquéfie. Laisser dorer sur feu moyen-vif en les remuant de temps en temps. Retirer du feu quand les pommes sont caramélisées et réserver.

Mélanger la farine et le sucre. Y faire un puits et verser progressivement du lait ribot en mélangeant du centre vers les bords. Lorsque le farine est complètement incorporée, bien battre la préparation pour éviter les grumeaux puis incorporer les œufs et le beurre fondu. Bien mélanger. Rallonger avec le reste de lait.

Laisser reposer 1h. Rajouter les 50 ml de lait si la pâte à crêpe semble trop épaisse.

Faire chauffer une poêle anti-adhésive et la huiler en frottant un papier absorbant imbibé d'huile. Lorsqu'elle est bien chaude, verser une petite louche de pâte et incliner la poêle pour l'étaler. Attendre qu'il ne reste plus de pâte liquide avant de retourner la crêpe et de la cuire de l'autre côté. Réserver au chaud sur une assiette.

Garnir chaque crêpe de pommes confite, rajouter un filet de confit de cidre préalablement réchauffé pour le liquéfier et servir agrémenté par exemple de chantilly au caramel au beurre salé et de brisures de crêpes dentelles.

 

Avis : trop bon ! J'ai remplacé les crêpes dentelles par des sablés émiettés mais pour rester totalement "breton", préférer les crêpes dentelles !!

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
06 mars 2017

Saumon fumé et poireaux en entrée de fête

Recette d'Agnès

 

 

 

Pour 2 personnes

3 blancs de poireaux

1 cs crème épaisse

1 cs vinaigrette

1 cs jus de citron

Aneth, baies roses concassées, piment d’Espelette

4 tranches de saumon fumé

 

Laver et émincer les poireaux puis les faire cuire dans une cocotte avec un peu d’huile sans les laisser dorer. Couvrir et poursuivre la cuisson en les surveillant et de préférence sans ajouter d’eau. Saler, poivrer.

Lorsqu’ils sont cuits, laisser refroidir puis assaisonner avec la crème et la vinaigrette, le filet de jus de citron. Rectifier si nécessaire.

Se servir d’un emporte-pièce pour découper avec un couteau des cercles dans le saumon. Réserver 2 beaux cercles pour le dessus, les tombées seront mises dessous.

Les placer sur les assiettes, garnir l’emporte-pièce de poireaux, tasser bien puis retirer doucement l’emporte-pièce pour préparer la deuxième assiette. Sur le dessus, déposer les jolis disques de saumon. Décorer d’aneth, de baies roses concassées et de piment d’Espelette. Servir frais.

 

Mon avis : c’est une entrée que j’ai beaucoup appréciée. Fraiche, légère (on peut remplacer la crème par du yaourt ou du fromage blanc je pense). Peut-être pourrait-on ajouter un filet de vinaigrette en déco dans l’assiette pour donner un peu plus de punch à l’ensemble.

 

03 mars 2017

Pain de mie méthode Tangzhong

 

 

 

Ingrédients (pour un pain) :

Pour le Tangzhong :

    -  20 g de farine (T55 ou T45)

    -  100 g d’eau

Pour la pâte :

    -  350 g de farine (T55 ou T45)

    -  50 g de sucre

    -  6 g de sel

    -  1 cs de lait en poudre (facultatif, pas mis)

    -  5 g de levure sèche de boulanger ou 15 g de levure fraîche

    -  1 oeuf

    -  115 g de lait

    -  100 g de Tangzhong

    -  30 g de beurre mou

 

Pour le Tangzhong :

Verser la farine dans une casserole, la délayer progressivement avec l’eau. Mélanger à l’aide d’un fouet afin qu’il n’y ait pas de grumeaux. Faire chauffer à feu moyen, en remuant sans cesse jusqu’à ce que le mélange épaississe et atteigne 65°. Sans thermomètre, retirer la casserole du feu lorsque le fouet laisse des traces dans le mélange. Ne jamais atteindre l’ébullition.

Transférer le mélange dans un bol. Filmer au contact. Laisser refroidir et entreposer au réfrigérateur idéalement une nuit (ou au moins 6h).

 

Pour la pâte :

Sortir le Tangzhong du réfrigérateur et le laisser revenir à température ambiante environ 30 minutes.

Emietter la levure dans le lait juste tiédi (30°), laisser reposer 5 minutes puis remuer pour dissoudre la levure.

Dans un bol, mélanger le Tangzhong, l’oeuf et le lait.

Dans un grand saladier, mélanger la farine, le sucre et le lait en poudre. Creuser un puits au centre et incorporer le mélange Tangzhong/lait/oeuf. Commencer à pétrir puis ajouter le sel. Pétrir pendant 10 à 15 minutes, jusqu’à ce que la pâte soit souple et élastique. Ajouter le beurre mou et continuer à pétrir jusqu’à ce qu’il soit complètement incorporé. Pétrir jusqu’à ce que la pâte puisse être étirée sans se déchirer.

Former une boule. La fariner légèrement, la couvrir et laisser lever à température ambiante jusqu’à ce que la pâte double de volume (entre 1h30 et 3h selon la température de la pièce).

Dégazer délicatement la pâte pour chasser l’air. La verser sur un plan de travail fariné puis la diviser en 4 morceaux.

Etaler chaque morceau en forme de rectangle. Replier la pâte en portefeuille. Etaler à nouveau en rectangle puis rouler la pâte sur elle-même. Disposer dans un moule à cake, chemisé de papier sulfurisé. Couvrir d’un linge propre et laisser reposer 1h à température ambiante.

Badigeonner le pain avec un peu de lait ou un oeuf battu.

Enfourner à 180° avec un petit récipient rempli d’eau, déposé dans le four lors du préchauffage, et laisser cuire 25 à 30 minutes. Laisser refroidir sur une grille.

 

Avis : la recette promettait un moelleux incomparable, grâce au Tangzhong qui apporte un supplément de gluten déjà développé pendant le repos au frais, avec une mie filante, très aérée, presque fondante. Mais au final, même si ma brioche était en effet bien moelleuse, je n'ai pas trouvé que c'était "incroyable", "exceptionnel" ni même "magique", comme on le laissait entendre... ;b

Utiliser une farine blanche T45 ou T55 qui contiennent le plus de gluten.

Cette technique peut s'utiliser pour toute sorte de pâte levée. Cette recette-là donne un résultat qui ressemble à un pain de mie mais ça marche aussi pour les brioches plus riches ou plus sucrées, ou pour différents façonnages (buns, tresses, chinois...)

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 février 2017

Thème 59 : les plats mijotés

Recette d'Agnès : poule au vinaigre

 

 

1 poule coupée en morceaux

1 poireau émincé

2 carottes en petits dès

1 oignon haché

6 gousses d’ail

1 bouquet garni

1 verre de vinaigre de vin rouge

1 petite boite de concentré de tomate

60 gr de beurre

1 l de  bouillon de volaille

1 cs farine

Pour la garniture : navets, boules d’or, cèleri rave

 

Dans une cocotte,  faire dorer les morceaux de poule avec du beurre et un peu d’huile. Les retirer lorsqu’ils sont dorés de toutes parts. A leur place, mettre les légumes et laisser rissoler puis ajouter le concentré de tomate et la farine. Remuer puis déglacer au vinaigre. Ajouter le bouillon, le bouquet garni, l’ail et le poivre. Remettre la poule et cuire à couvert 1 heure à feu doux. Prévoir 1 h 30 si la poule est vraiment grosse.

Retirer les morceaux de poule et laisser réduire si nécessaire. Si la sauce parait trop grasse, dégraisser un peu en surface puis mixer après avoir retiré le bouquet garni. Passer au chinois pus remettre le tout dans la cocotte et poursuivre la cuisson si nécessaire.

Pendant la cuisson de la poule, éplucher les légumes et les couper en gros morceaux.

Faire chauffer une casserole d’eau salée et y mettre un bon morceau de beurre. Lorsque l’eau bout, verser les légumes qui doivent être recouverts à hauteur. Ainsi quand ils seront cuits, il ne devrait plus y avoir d’eau dans la casserole. (cuisson à l’étuvée)

Servir la poule nappée de sauce, les légumes autour.

 

Mon avis : bonne recette pour changer de la poule au pot ! Le vinaigre apporte un peu d’acidité mais ce n’est que pour relever un peu le plat. Nous avons beaucoup aimé. Les légumes cuits à l’étuvée se marient à merveille avec la sauce.

Eviter de servir du vin avec ce plat. Préférer une bière blonde ou de l’eau.

 

Recette d'Ophélie : boeuf bourguignon aux carottes de Noël Martignon

 

 

 

Ingrédients (pour 6 personnes) :

    -  1,2 kg de viande à Bourguignon

    -  6 carottes

    -  1,5 L de vin rouge corsé

    -  1 oignon + 1 échalote

    -  4 gousses d’ail

    -  2 grosses cs de farine

    -  thym, laurier, clous de girofle

    -  sel, poivre, beurre/huile

    -  400 g de polenta

 

Peler les carottes et les couper en morceaux. Peler l'oignon, l'échalote et les gousses d'ail. Couper la viande en morceaux.

Placer les morceaux de viande dans un grand saladier avec deux gousses d’ail, du thym, du laurier, du poivre et du vinaigre. Ajouter les clous de girofles piqués dans l’oignon, quelques morceaux de carottes et un peu d’échalote. Baigner le tout avec du vin rouge. Faire mariner 24h au frais.

Dans une cocotte, colorer les morceaux de bœuf dans de l’huile et du beurre. Assaisonner et ajouter un oignon émincé.

Saupoudrer de farine et faire revenir pendant 30 secondes pour lier la sauce. Ajouter les deux gousses d'ail restantes écrasées et éventuellement flamber avec du cognac. Couvrir avec le reste de vin rouge, ajouter la garniture et le jus de la marinade. Porter à frémissement puis couvrir, baisser le feu et laisser cuire 3 bonnes heures, en vérifiant la cuisson de temps en temps et en remuant régulièrement en fin de cuisson pour éviter que la viande n'attache. Rajouter un peu d'eau si besoin.

Verser la polenta en pluie dans une casserole d’eau bouillante salée en remuant avec le fouet. Ajouter un peu d’huile et un bon morceau de beurre dans l’eau de cuisson. Remuer régulièrement pour qu’elle ne colle pas. Laisser cuire 20 minutes.

Servir le boeuf bourguignon avec la polenta.

 

Avis : ce n'est pas le type de plat que j'ai l'habitude de réaliser mais ma foi, j'ai beaucoup aimé ! Surtout pour la sauce, onctueuse, lisse et parfumée (faut aimé le vin rouge cuit).

Bien laisser cuire 3 heures, le temps que la viande s'attendrisse. Et choisir une viande de bonne qualité.

Je n'ai pas flambé au cognac, c'était bon aussi mais Noël Montagnon dit que ça change tout !

Pour la polenta, adapter le temps de cuisson selon les indications du paquet (même pas 5 min pour moi) et éventuellement, utiliser du lait à la place de l'eau, c'est plus crémeux (d'ailleurs mettre aussi "bien du beurre" !)

 

27 février 2017

Pizza à effeuiller à la tomate, mozzarella et chorizo

 

 

 

Ingrédients (pour une pizza de la taille d'un cake) :

Pour la pâte à pizza :

    -  400 g de farine

    -  20 g de levure fraîche de boulangerie

    -  4 cs d’huile d’olive

    -  200 ml d’eau

    -  1 cc de sel

Pour la garniture :

    -  175 g de fines tranches de chorizo

    -  2 boules de mozzarella

    -  200 g de sauce tomate

    -  sel poivre

 

Emietter la levure dans l’eau légèrement tiédie, laisser reposer 5 minutes puis remuer pour délayer la levure dans l’eau.

Verser la farine et le sel dans un saladier. Ajouter l’huile d’olive et l’eau, puis pétrir une dizaine de minutes, jusqu’à ce que la pâte forme une boule lisse, souple et homogène, qui se décolle des parois du saladier. Rajouter un peu d’eau si besoin. Former une boule et placer la pâte dans le saladier recouvert d’un film étirable ou d’un linge propre. Laisser lever pendant 2 à 4 h environ à température ambiante.

Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte sous forme de grand rectangle.

Badigeonner de sauce tomate et parsemer de lamelles de chorizo. Découper la mozzarella en fines tranches, les émietter et en parsemer la pâte. Saler et poivrer.

Découper des carrés de pâte d'environ 8 cm x 8 cm et les disposer à la verticale dans un moule à cake beurré ou garni de papier sulfurisé, en les alignant côte à côte. Laisser lever environ 30 min à température ambiante.

Enfourner à 200 ° pendant 30-35 min environ. Servir chaud, pour que la mozzarella soit encore filante.

 

Avis : le principe est très sympa, chaque tranche se détache avec les doigts, pas besoin de couteau. En pratique, c'est un peu délicat à réaliser. Déjà, découper les carrés de pâte après les avoir garnis de chorizo et mozza n'est pas forcément évident (> repousser les tranches de chorizo pour éviter de couper dessus. Et pour étaler sa pâte, choisir un plan de travail sur lequel ou pourra couper au couteau sans risquer de le rayer). La pâte ne doit pas être trop souple, sinon c'est galère de décoller et transporter les carrés de pâte jusqu'au moule, puis de les faire tenir debout sans qu'ils s'avachissent lamentablement. J'ai relevé mon moule à cake à la verticale pour superposer mes carrés de pâte les uns sur les autres plutôt que de les faire tenir debout.  les uns contre les autres. Et même comme ça, les carrés glissaient sur la garniture, qui fuyait de chaque côté. Mais peut-être que j'avais mis trop de sauce tomate ? En plus, les quantités de la recette de base ne m'ont permis de remplir que la moitié de mon moule, j'ai donc doublé les proportions dans la recette. J'ai fait cuire 30 min à 200° mais la pâte au centre de ma pizza était presque crue et j'ai dû tout remettre au four, donc bien laisser cuire suffisamment longtemps. Et ne pas mettre trop de sauce tomate non plus, sinon peut-être que le résultat final, c'est plus une pâte "bouillie" qu'une pâte crue... Mais sinon, c'était plutôt chouette, il faudra juste rectifier un peu la recette la prochaine fois !

Et désolée de la photo... !

 

23 février 2017

Quiche aux champignons et châtaignes

 

 

Ingrédients (pour 1 quiche 6 personnes) :

Pour la pâte à tarte :

    -  175 g de farine blanche et 75 g de farine de châtaigne

    -  100 g de beurre

    -  1 œuf

    -  5-6 cs d'eau froide

    -  1 pincée de sel

Pour la garniture :

    -  300-400 g de champignons (soit 1 kg surgelés)

    -  200 g de châtaignes (cuites)

    -  2 oeufs

    -  200 ml de crème liquide entière

    -  50 ml de lait

    -  1 gousse d'ail

    -  1 petit bouquet de persil (pas mis)

    -  1 filet d'huile d'olive

    -  sel et du poivre

 

Verser la farine dans un saladier, creuser un puits au centre et ajouter le beurre coupé en dés. Sabler la pâte du bout des doigts jusqu’à obtenir une texture sableuse. Ajouter l’œuf et travailler la pâte à la main, en ajoutant l'eau au fur et à mesure, jusqu’à former une boule lisse, souple et homogène. Réserver au frais 30 min.

Faire revenir les champignons dans une poêle sur feu vif, avec un filet d'huile d'olive et la gousse d'ail écrasée ou hachée finement. Laisser évaporer le jus de cuisson des champignons. Ajouter les châtaignes, écrasées en gros morceaux, et le persil haché, assaisonner puis réserver.

Sur un plan de travail légèrement fariné, abaisser la pâte sur 3-4 mm d'épaisseur puis foncer un moule à tarte.

Battre les œufs en omelette dans un bol puis ajouter la crème et le lait. Saler, poivrer. Répartir les champignons et châtaignes sur le fond de tarte puis y verser l’appareil à quiche.

Enfourner 30-35 minutes à 200°. Laisser tiédir sur une grille. Servir avec une salade verte par exemple.

 

Avis : j'ai bien aimé ! La farine de châtaigne apporte un petit goût et un croquant à la pâte plutôt sympa. Je n'avais pas de noisettes ni de roquette pour la déco mais on peut en rajouter à la fin. On pourrait aussi ajouter du parmesan ou du Comté. Ou même du chèvre.

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
20 février 2017

Galette des rois à la frangipane aux spéculoos et aux pommes

 

 

 

Ingrédients (pour une galette 4 personnes) :

Pour la crème pâtissière :

    -  125 ml de lait

    -  1 gousse de vanille

    -  1 jaunes d'œuf

    -  25 g de sucre en poudre

    -  5 g de fécule de maïs

    -  5 g de farine

Crème d'amande :

    -  80 g de poudre d'amandes

    -  40 g de sucre en poudre

    -  80 g de beurre pommade

    -  1 œuf

    -  80 g de spéculoos

    -  10 g de Maïzena

Pour le montage :

    -  1/2 pâte feuilletée (recette ici, ou du commerce)

    -  2 pommes

    -  1 noix de beurre et 1 cs de sucre

    -  1 oeuf battu pour la dorure

    -  20 ml d'eau + 20 g de sucre en poudre pour le sirop

 

Pour la crème pâtissière :

Faire chauffer le lait avec la gousse de vanille ouverte en deux. Laisser infuser une demi-heure à couvert.

Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre. Ajouter ensuite la fécule de maïs et la farine tamisées. Bien mélanger, puis délayer avec le lait vanillé, après avoir retiré et raclé la gousse de vanille, afin de récupérer les graines et de les ajouter dans le lait.

Verser la préparation dans la casserole et faire chauffer sur feu moyen, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que la crème épaississe (elle va encore épaissir en refroidissant). Transvaser dans un saladier, mélanger et filmer au contact. Laisser refroidir le temps de préparer la suite.

 

Pour la crème d'amande :

Mélanger l'œuf, la poudre d'amande, les spéculoos préalablement réduits en poudre au mixeur et le sucre. Ajouter le beurre bien mou et mélanger pour obtenir une préparation homogène.

Verser 100 g de crème pâtissière dans la crème d'amande, bien mélanger. Transvaser dans une poche à douille. Réserver au frais.

 

Pour les pommes poêlées :

Peler les pommes et les couper en lamelles. Les faire revenir à la poêle avec une noix de beurre et une cs de sucre. Laisser caraméliser quelques instants en retournant à mi-cuisson et retirer du feu lorsque les pommes sont tendres et dorées. Réserver.

 

Pour la galette :

Sur un plan de travail légèrement fariné, étaler la pâte feuilletée sur 4-5 mm d'épaisseur. A l'aide d'un couteau bien aiguisé, découper deux disques de pâte.

Déposer un disque de pâte feuilletée sur un papier sulfurisé. Y répartir la frangipane aux spéculoos, sur 4 cm d'épaisseur environ et en laissant 2 cm de bord libre. Répartir les lamelles de pommes poêlées sur la frangipane. Déposer la fève sur le bord de la frangipane (pour réduire les risques de tomber dessus lors de la découpe).

A l'aide d'un pinceau, humidifier le rebord libre de la pâte avec de l'oeuf battu ou de l'eau, sans que la dorure ne coule sur la tranche. Recouvrir avec la seconde pâte feuilletée, en prenant soin de la déposer bord à bord et de chasser l'air de l'intérieur de la galette. Appuyer sur les bords afin de les souder ensemble, là encore sans toucher la tranche.

Dorer une première fois à l'oeuf battu. Réserver au frais pendant 30 min.

Percer quelques trou en surface de la galette afin de laisser la vapeur s'échapper. Avec la lame d'un couteau, décorer la galette en traçant des motifs au choix, sans percer la pâte, puis badigeonner une deuxième fois d'oeuf battu.

Enfourner à 180° pendant 40-45 minutes.

Juste avant la sortie du four, faire chauffer l'eau et le sucre dans une petite casserole pour réaliser le sirop. Dès que la galette est cuite et sortie du four, la badigeonner de sirop à l'aide d'un pinceau.

Laisser tiédir (voire complètement refroidir) avant de servir. Eventuellement, la réchauffer 10 min au four à 160°.

 

 

 

Avis : je voulais tester une galette des rois plus originale que la précédente et j'ai bien aimé, même si ma préférence reste à la galette des rois traditionnelle à la frangipane !! Je rajouterais quand même un peu de pâte de spéculoos, déposée sur la pâte feuilletée et non incorporée à la frangipane, pour renforcer un peu le goût du spéculoos. On peut remplacer les pommes par des poires.

Mes quantités étaient un peu justes pour 4 personnes, en prévoir facilement le double pour une galette plus grande.

Faire soi-même sa pâte feuilletée, ça demande du temps, certes, mais le résultat est vraiment extra !! Rien à voir avec les pâtes feuilletées du commerce ! Je n'ai utilisé qu'une moitié de ma pâte feuilletée mais si on l'achète toute prête, déjà étalée, il faudra sans doute en prévoir deux.

Le sirop est facultatif mais il donne un aspect brillant et lustré à la galette, comme celles qu'on achète en boulangerie. Il peut néanmoins être remplacé par une simple dorure à l'oeuf ou avec un mélange de jaune d'oeuf et de crème liquide (jaune d'oeuf + 10% de leur poids en crème).

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 février 2017

Feuilletés d'épinards au chèvre

 

 

Ingrédients (pour 4 petits feuilletés) :

    -  1 pâte feuilletée

    -  125 g d'épinards (poids cuit égoutté)

    -  4 palets de chèvre frais ou 4 rondelles de bûche de chèvre

    -  1/2 oignon + ail

    -  oeuf battu pour la dorure

 

Cuire les épinards dans une casserole d'eau bouillante salée. Egoutter. Les presser entre les mains pour extraire le maximum de jus puis les faire revenir à la poêle avec oignon et ail finement émincés, jusqu'à ce que l'eau de cuisson soit totalement évaporée. Réserver.

Etaler la pâte feuilletée sur un plan de travail fariné, sur 5-6 mm d'épaisseur. Découper 4 carrés de pâte de 10-12 cm de côté environ. Les déposer sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé.

Déposer une grosse cs d'épinards bien égouttés au centre des carrés de pâte feuilletée. Ajouter un palet de chèvre en l'enfonçant légèrement dans les épinards. Dorer les bords de la pâte feuilletée avec un peu d'oeuf battu.

Cuire à 200° pendant 20 min. Laisser tiédir quelques minutes avat de servir chaud, par exemple avec une salade verte.

 

Avis : une recette de notre enfance ! Ca peut fuire un poil si les épinards ne sont pas trop égouttés mais c'est possible de déposer les carrés de pâte dans le fond de moules à muffins ou à tartelette. On peut aussi ajouter quelques lardons ou un peu de crème dans les épinards. Et faire des carrés de pâte plus grands et plus épais que les miens !