Le goût des choses simples

16 janvier 2017

Galette des rois à la frangipane

 

 

 

Ingrédients (pour une galette 4 personnes) :

Pour la crème pâtissière :

    -  150 ml de lait

    -  1 gousse de vanille

    -  2 jaunes d'œuf

    -  25 g de sucre en poudre

    -  15 g de fécule de maïs

    -  5 g de farine

Crème d'amande :

    -  75 g de poudre d'amandes

    -  60 g de sucre en poudre

    -  60 g de beurre pommade

    -  1 œuf

    -  1/2 cs de rhum (facultatif)

Pour la finition :

    -  1/2 pâte feuilletée (recette ici, ou du commerce)

    -  1 oeuf battu pour la dorure

    -  20 ml d'eau + 20 g de sucre en poudre pour le sirop

 

Pour la crème pâtissière :

Faire chauffer le lait avec la gousse de vanille ouverte en deux. Laisser infuser une demi-heure à couvert.

Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre. Ajouter ensuite la fécule de maïs et la farine tamisées. Bien mélanger, puis délayer avec le lait vanillé, après avoir retiré et raclé la gousse de vanille, afin de récupérer les graines et de les ajouter dans le lait.

Verser la préparation dans la casserole et faire chauffer sur feu moyen, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que la crème épaississe (elle va encore épaissir en refroidissant). Transvaser dans un saladier, mélanger et filmer au contact. Laisser refroidir le temps de préparer la suite.

 

Pour la crème d'amande :

Mélanger l'œuf, la poudre d'amande et le sucre. Ajouter le beurre bien mou et mélanger pour obtenir une préparation homogène.

Verser la crème pâtissière dans la crème d'amande (et ajouter éventuellement le rhum), bien mélanger. Transvaser dans une poche à douille. Réserver au frais.

 

Pour la galette :

Sur un plan de travail légèrement fariné, étaler la pâte feuilletée sur 2-3 mm d'épaisseur. A l'aide d'un couteau bien aiguisé, découper deux disques de pâte.

Déposer un disque de pâte feuilletée sur un papier sulfurisé. Y répartir la frangipane, sur 4 cm d'épaisseur environ et en laissant 2 cm de bord libre. Déposer la fève sur le bord de la frangipane (pour réduire les risques de tomber dessus lors de la découpe).

A l'aide d'un pinceau, humidifier le rebord libre de la pâte avec de l'oeuf battu ou de l'eau, sans que la dorure ne coule sur la tranche. Recouvrir avec la seconde pâte feuilletée, en prenant soin de la déposer bord à bord et de chasser l'air de l'intérieur de la galette. Appuyer sur les bords afin de les souder ensemble, là encore sans toucher la tranche.

Dorer une première fois à l'oeuf battu. Réserver au frais pendant 30 min.

Percer un trou au centre de la galette afin de laisser la vapeur s'échapper. Avec la lame d'un couteau, décorer la galette en traçant des motifs au choix, sans percer la pâte, puis badigeonner une deuxième fois d'oeuf battu.

Enfourner à 180° pendant 40-45 minutes.

Juste avant la sortie du four, faire chauffer l'eau et le sucre dans une petite casserole pour réaliser le sirop. Dès que la galette est cuite et sortie du four, la badigeonner de sirop à l'aide d'un pinceau.

Laisser tiédir (voire complètement refroidir) avant de servir. Eventuellement, la réchauffer 10 min au four à 160°.

 

 

 

Avis : la frangipane est traditionnellement composée de crème pâtissière et de crème d'amande, dans des proportions variables (le plus souvent 1/3 de crème pâtissière et 2/3 de crème d'amande). La garniture est ainsi plus légère, plus onctueuse et moins sèche qu'une crème d'amande seule (on parle de Pithiviers pour une galette garnie d'une simple crème d'amande). Par contre, la prochaine fois, j'augmenterai quand même les quantités de crème d'amande par rapport à la crème pâtissière, j'ai trouvé qu'on ne sentait pas suffisamment l'amande finalement.

Mes quantités étaient juste pour 4 personnes, en prévoir le double (sauf peut-être en crème pâtissière du coup) pour une galette plus grande.

Faire soi-même sa pâte feuilletée, ça demande du temps, certes, mais le résultat est vraiment extra !! Rien à voir avec les pâtes feuilletées du commerce ! Je n'ai utilisé qu'une moitié de ma pâte feuilletée mais si on l'achète toute prête, déjà étalée, il faudra sans doute en prévoir deux.

Le sirop est facultatif mais il donne un aspect brillant et lustré à la galette, comme celles qu'on achète en boulangerie. Il peut néanmoins être remplacé par une simple dorure à l'oeuf ou avec un mélange de jaune d'oeuf et de crème liquide (jaune d'oeuf + 10% de leur poids en crème).

Je n'ai pas eu la fève !

 


14 janvier 2017

Velouté de rutabagas au Mont d'Or

 

 

 

Ingrédients (pour 4-5 personnes) :

    -  2 gros rutabagas

    -  3 pommes de terre

    -  1 oignon

    -  1 cube de bouillon de légumes

    -  100 ml de crème liquide entière

    -  150-200 g de Mont d'Or

    -  sel et poivre 

 

Peler l'oignon et le couper en morceaux. Eplucher et détailler les rutabagas et les pommes de terre en morceaux.

Les disposer dans une casserole avec le cube de bouillon et verser de l'eau à hauteur, saler et poivrer. Faire cuire jusqu'à ce que les légumes soient bien cuits.

Mixer avec la crème puis ajouter le Mont d'Or écroûté et mixer de nouveau. Si besoin, ajouter un peu de bouillon jusqu'à obtenir la consistance désirée. Rectifier l'assaisonnement. 

Servir chaud, avec une cuillère de Mont d'Or fondu et parsemé de champignons en duxelle, noisettes concassées, dés de rutabaga, persil... (ou de lamelles de truffe).

 

Avis : j'aurais préféré je crois avec du potimarron mais c'était très bon quand même !

 

13 janvier 2017

Risotto au Mont d'Or et champignons

 

 

 

Ingrédients (pour 4 personnes) :

    -  300 g de riz à risotto

    -  1 L environ de bouillon de légumes chaud

    -  1 verre de vin blanc sec

    -  1/2 oignon et 1 échalote

    -  200 g de Mont d'Or

    -  250 g de champignons (poids cuit, soit environ 800g surgelés)

    -  50 ml de crème liquide entière

    -  quelques noisettes ou cerneaux de noix

    -  sel et poivre, beurre

 

Faire revenir 1/2 oignon émincé et les champignons dans une poêle avec une noix de beurre. Ajouter la gousse d’ail émincée, sel et poivre puis le persil ciselé. Laisser rissoler jusqu’à évaporation du jus de cuisson (retirer de la casserole le plus gros du jus). Réserver au chaud.

Éplucher puis émincer l'échalote et la faire revenir dans une casserole à fond épais avec une noix de beurre. Dès qu'elle colore légèrement, ajouter le riz et mélanger. Quand le riz devient nacré et translucide, verser le vin blanc et laisser évaporer. Baisser légèrement le feu(feu moyen-fort).

Verser petit à petit le bouillon chaud, une louche après l'autre, en attendant que la précédente soit absorbée. Mélanger régulièrement avec une cuillère en bois. Le riz est cuit quand il est fondant, crémeux, mais encore un peu ferme à coeur (environ 18-20 minutes selon le type de riz). Quelques minutes avant la fin de la cuisson, incorporer la crème fraîche et laisser réduire quelques instants.

Éteindre et, hors du feu, incorporer le Mont d'Or écroutté, les champignons (réchauffés si besoin) et une noix de beurre. Corriger l'assaisonnement et laisser reposer 1-2 min.

Servir chaud, parsemé de quelques noisettes/noix et feuilles d'oxalys.

 

Avis : trop bon !! Servir immédiatement, un risotto ne se réchauffe pas !

 

12 janvier 2017

Cromesquis de Mont d'Or, purée de rutabagas et champignons poêlés

 

 

 

Ingrédients (pour 6 cromesquis) :

    -  225 g de Mont d’Or

    -  qs chapelure et farine, 1 oeuf battu

    -  2 gros rutabagas

    -  75 ml de crème entière

    -  250 g de champignons mélangés

    -  sel, poivre, ail, oignon, beurre ou huile

    -  huile de friture

 

Faire chauffer le Mont d’Or dans une casserole sur feu doux (ou au micro-onde), laisser fondre en mélangeant régulièrement. Répartir dans des empreintes demi-sphère (préalablement posées sur une planche pour faciliter les manipulations), lisser la surface et mettre au congélateur pendant 2 heures.

Peler les rutabagas et les couper en petits morceaux, peler et émincer 1 oignon. Faire cuire dans une casserole d’eau bouillante salée pendant 20-30 min puis égoutter. Mixer finement avec la crème, rectifier l’assaisonnement. Réserver au chaud.

Faire revenir 1/2 oignon émincé et les champignons dans une poêle avec une noix de beurre. Ajouter la gousse d’ail émincée, sel et poivre puis le persil ciselé. Laisser rissoler jusqu’à évaporation du jus de cuisson puis émincer grossièrement. Réserver au chaud.

Disposer la chapelure, la farine et l'oeuf battu dans trois bols ou assiettes creuses. Démouler les demi-sphères de Mont d’Or. Frotter la surface plane sur une surface chaude (couvercle de casserole ou fond de casserole par exemple) puis les coller deux par deux pour former une sphère pleine. Les passer successivement dans la farine, l'oeuf battu puis la chapelure, et recommencer dans l'oeuf et la chapelure. Les paner dans une casserole d'huile neutre portée à 180°. Laisser colorer quelques instants (2-3 minutes) puis sortir délicatement les cromesquis de l'huile et les déposer sur un papier absorbant.

Dès que les cromesquis sont égouttés, disposer la purée de rutabagas dans le fond des assiettes, parsemer de champignons et de noisettes concassées puis y déposer un cromesquis. Servir aussitôt.

 

 

 

Avis : j'ai bien aimé (surtout le cromesquis !) mais attention à la cuisson et ne pas trop chauffer l'huile de friture avant d'y plonger les cromesquis. Moi j'ai fait au pif sans mesurer la température mais je pense que l'huile était bien trop chaude quand j'ai cuit mes cromesquis : ils ont colorés très rapidement, je les ai sorti de l'huile presque immédiatement pour éviter qu'ils brûlent et du coup, comme ils n'ont pas cuit assez longtemps, il restait un morceau gelé au centre...

La purée de rutabagas peut être remplacée par du potiron, panais, topinambour, carotte, châtaigne...

 

10 janvier 2017

Tartinade de haricots blancs, chorizo et tomate

 

 

Ingrédients (pour un bol) :

    -  300 g de haricots blancs (en bocal ou en conserve, égouttés)

    -  100 g de chorizo

    -  30 g de concentré de tomates

    -  1 pincée d'épices (piment d'Espelette, paprika...)

    -  1/2 cc de jus de citron et huile d'olive, sel, poivre (facultatif, selon les goûts)

 

Retirer la peau du chorizo, le découper en petits dés.

Placer les haricots blancs égouttés, le chorizo, le concentré de tomates et les épices dans un mixeur et mixer finement. Si besoin, assaisonner avec du jus de citron, de l'huile d'olive, du sel et du poivre.

Servir sur des crackers, des toasts de pain grillé, des gressins...

 

Avis : j'avais essayé de réaliser une sorte de houmous en remplaçant les pois chiches par des haricots blancs mais comme ça ne m'avait pas beaucoup plu, je l'ai un peu arrangé, et là, j'ai bien aimé ! C'est onctueux et épicé, très sympa ! J'ai laissé quelques morceaux de chorizo dans la tartinade, ce que je trouve plutôt agréable.

On peut utiliser dans un sandwich, comme base à tartiner.

 


Gressins

 

 

 

Ingrédients (pour une quarantaine de gressins) :

    -  500 g de farine

    -  4 g de levure sèche de boulanger ou 12 g de levure fraîche

    -  260 ml d'eau

    -  1 cs d'huile d'olive

    -  6 g de sel

 

Verser la levure dans 100 ml d'eau juste tiède et laisser reposer 10 minutes. Remuer pour bien diluer la levure.

Dans un grand saladier, mélanger la farine avec le sel. Former un puits au centre puis y verser le mélange eau/levure, le reste de l'eau et l'huile. Pétrir la pâte à la main pendant une dizaine de minutes, jusqu'à ce qu'elle devienne souple, lisse et homogène. Former une boule, couvrir le saladier de film étirable et laisser lever à température ambiante pendant une heure environ, la pâte doit presque doubler de volume.

Reprendre la pâte et la diviser en deux pâtons. En étaler la moitié sur un plan de travail légèrement fariné, en rectangle, sur 0.5-1 cm environ d'épaisseur. À l'aide d'un couteau, couper dans le sens de la largeur de fines bandes d'1 cm de largeur et 15 cm de long environ. Les étirer délicatement sur la longueur et les poser sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé, les uns à côté des autres en les espaçant. Faire plusieurs fournées si besoin. Les badigeonner d'huile d'olive à l'aide d'un pinceau.

Enfourner à 180° entre 10 et 15 min en surveillant la cuisson. Les gressins doivent gonfler et dorer. Plus ils sont fins, plus la cuisson sera rapide. Et plus la cuisson sera prolongée, plus les gressins seront croustillants. Donc adapter la cuisson en fonction des fours et retourner les gressins à mi-cuisson si besoin.

Procéder de même avec le reste de pâte.

Une fois sortis du four, poser les gressins sur une grille et laisser refroidir. Conserver à l'abri de l'humidité.

 

Avis : la pâte est souple et non collante, donc agréable à travailler. Ne pas faire des bandes trop épaisses sinon les gressins, en gonflant, seront énormes. On peut aussi les rouler en fins boudins, de la taille d'un stylo bic. Si possible, réaliser des boudins d'épaisseur homogène et régulière, sinon pendant la cuisson, les parties plus fines seront plus cuites et sèches, tandis que les parties plus épaisses gonfleront et resteront plus molles.

J'ai laissé les gressins sécher dans le four après l'avoir éteint et ils étaient bien croustillants.

On peut aussi parfumer la pâte avec des graines (sésame, pavot,...), des herbes ou des épices, ou encore les rouler dans des graines avant de les cuire.

 

08 janvier 2017

Polenta crémeuse au gorgonzola, champignons et noisettes

 

 

 

Ingrédients (pour 4 personnes) :

    -  100 g de polenta précuite

    -  500 ml de lait

    -  30 g de beurre

    -  100 ml de crème liquide entière

    -  40 g de gorgonzola (ou fourme d'Ambert, autre bleu)

    -  250 g de champignons (surgelés)

    -  1 petit oignon + 1 petite gousse d'ail

    -  quelques noisettes ou noix (torréfiées)

    -  sel, poivre

 

Peler et émincer l'oignon et l'ail.

Faire revenir les oignons dans une poêle avec une noisette de beurre puis, lorsqu'ils sont dorés, saler, ajouter un filet d'eau, baisser le feu, couvrir et laisser mijoter jusqu'à ce que les oignons soient tendres et colorés.

Faire revenir les champignons avec l'ail, saler. Laisser mijoter sur feu vif (en retirant le jus de cuisson si besoin). Laisser réduire encore quelques instants.

Mélanger les champignons et les oignons caramélisés. Réserver au chaud.

Couper le gorgonzola en dés, retirer la croûte.

Dans une casserole, porter le lait à ébullition. Baisser alors le feu et verser la polenta en pluie. Mélanger sous feu doux, jusqu’à ce que la polenta épaississe (environ 5 min).

Hors du feu, incorporer le beurre, la crème, puis le gorgonzola. Bien mélanger. Ajouter ensuite les champignons et oignons. Saler et poivrer si besoin.

Parsemer de noisettes concassées, de quelques feuilles de roquette et servir aussitôt.

 

 

 

Avis : j'ai adoré ! Je dois dire que je n'avais encore jamais mangé de polenta si crémeuse, si onctueuse. Et puis le mélange bleu/champignons/noisettes fonctionne toujours bien, alors ça m'a beaucoup plu.

A préparer à la dernière minute, ce n'est plus pareil une fois refroidi...

 

06 janvier 2017

Kougelhopf

 

 

 

Ingrédients (pour 1 kougelhopf, moule d'environ 22 cm de diamètre) :

    -  500 g de farine

    -  14 g de levure fraîche

    -  50 g + 3 cs de sucre

    -  250 ml de lait

    -  70 g + 4 dés de beurre découpé en fines lamelles

    -  1 œuf

    -  1 bonne pincée de sel

    -  quelques amandes non mondées

    -  75 g de raisins secs + éventuellement 50 g d'écorces d'orange confites

    -  sucre glace pour la décoration

 

Mettre dans une casserole la moitié du lait, le beurre, le sucre et le sel. Faire juste tiédir en mélangeant pour faire fondre le beurre. Le lait ne doit pas être trop chaud (tout juste tiède) sinon il tuera la levure.

Dans un bol, verser le reste du lait, y émietter la levure et ajouter les trois cuillères à soupe de sucre. Laisser reposer 5 min, bien mélanger puis réserver.

Verser 375 g de farine dans un grand bol, former un puits au centre. Y verser le mélange lait-beurre petit à petit en commençant à mélanger. Ajouter ensuite l'œuf, bien mélanger puis ajouter le mélange lait-levure-sucre. La pâte est trop liquide pour être pétrie, la mélanger pendant 5 minutes à la spatule en la soulevant du fond du bol, de bas en haut. La pâte doit très lisse en sans grumeaux. Ajouter ensuite 125 g de farine, éventuellement les écorces d'orange confites coupées en petits dés et les raisins secs et pétrir dix minutes. Mettre ensuite la pâte dans un grand saladier propre, couvrir avec un torchon ou un film étirable et laisser lever dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air pendant 1h30-2h, la pâte doit doubler de volume.

Après cette levée, beurrer généreusement le moule en terre, y disposer quelques amandes au fond de chaque cannelure.

Sur un plan de travail légèrement fariné, dégazer la pâte et la pétrir très brièvement en le repliant sur elle-même. La disposer au fond du moule (à mi-hauteur), la tasser un peu pour qu'elle épouse bien le fond du moule, couvrir avec un torchon et laisser lever dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air, la pâte doit également doubler de volume.

Préchauffer le four à 150°, enfourner pour 7 minutes puis augmenter le thermostat à 180° et cuire 30 minutes. Sortir du four et laisser refroidir une demi-heure avant de démouler sur une grille à pâtisserie. Saupoudrer de sucre glace. Conserver emballé dans du film étirable pour éviter qu'il sèche.

 

 

 

Avis : ne pas démouler immédiatement mais laisser refroidir dans le moule, afin que la condensation et l'humidité décolle le kougelhopf des parois du moule, ce qui facilitera le démoulage.

Mon kougelhopf n'est pas assez cuit, pas du tout coloré sur les bords, presque cru au centre et en plus, je n'ai pas attendu qu'il refroidisse avant de le découper... Il va falloir que j'en refasse un pour reprendre des photos ;b !!

Mon moule était petit et je n'ai pu y déposer que les 2/3 de la pâte (avec le reste, j'ai fait de petites brioches individuelles).

Moi qui ne sucre jamais beaucoup mes brioches, celle-ci, je l'ai trouvée un peu trop sucrée.

Si vous utilisez le moule à kougelhopf pour la première fois, il faut le culotter. Laver le moule à l'eau froide et le sécher soigneusement. Bien beurrer le moule, le disposer 10 minutes dans un four préchauffé à 180°, le laisser ensuite refroidir. Quand il est à température ambiante, le beurrer à nouveau et faire cuire 10 minutes dans un four préchauffé à 180° une seconde fois. Laisser refroidir, re-beurrer, et y déposer la pâte pour la première utilisation. Un moule à kougelhopf ne doit jamais être lavé mais simplement essuyé avec un torchon propre.

 

Il y a longtemps, j'ai aussi essayé une autre recette de kougelhopf, et comme il était très bon aussi, en voici la recette :

Pour le levain-levure :

    -  100 g de farine

    -  20 g de levure fraiche du boulanger (soit 2 cc levure sèche environ)

    -  60 ml d'eau

Pour la pâte :

    -  600 g de farine

    -  300 ml de lait

    -  2 oeufs moyens

    -  80 g de sucre

    -  10 g de sel

    -  125 g de beurre mou

    -  100 g de raisins secs

    -  2 cs de rhum

    -  15 amandes entières non mondées

 

Dans un grand saladier ou bol, verser la farine, creuser un puits et y verser la levure émiettée et l'eau (on peut également délayer la levure dans l'eau). Mélanger rapidement du bout des doigts de façon à former une boule de pâte un peu épaisse. Recouvrir complètement avec 500g de farine pris sur les 600, couvrir avec du film alimentaire et laisser reposer 1h. Le levain-levure en fermentant va gonfler et pousser la farine dont la surface va présenter des craquelures.

Pendant la pousse du levain-levure, préparer les raisins secs en les faisant macérer dans un bol avec le rhum.

Ajouter dans le saladier contenant le levain-levure le lait, les oeufs, le sucre et le sel. Mélanger avec une cuillère en bois pour amalgamer les ingrédients en ajoutant petit à petit le reste de farine puis, dès que la pâte commence à se ramasser en boule, la travailler avec la main directement dans le bol en la soulevant d'abord pour l'étirer puis en la laissant retomber. Continuer à battre la pâte de cette façon pendant 10 minutes. La pâte, au fur et à mesure qu'elle prend du corps, devient plus facile à travailler. Quand la pâte commence à devenir lisse, ajouter le beurre ramolli en plusieurs fois et l'incorporer en battant la pâte comme précédemment, en soulevant, étirant le plus possible pour aérer la pâte jusqu'à ce qu'elle se décolle des parois.

Note: dès l'addition du beurre, la pâte redevient hétérogène et collante. Pour la travailler au mieux sans que cela nécessite un ajout important de farine, il est conseillé d'emprisonner les morceaux de beurre dans la pâte avant de la travailler. Les mains n'étant pas au contact direct de la matière grasse, elles ne collent pratiquement pas à la pâte et par conséquent l'ajout supplémentaire de farine est limité, la pâte reste bien souple et légère.

Egoutter les raisins et les ajouter à la pâte: malaxer pour les incorporer et pétrir quelques minutes pour que la pâte soit homogène. Remettre la pâte en boule dans le saladier, couvrir avec du film alimentaire et laisser lever 1h à l'abri des courants d'air.

Préparer les moules à kougelhopf : beurrer généreusement l'intérieur du moule en insistant sur les cannelures puis déposer au fond de chacune d'elle une amande entière.

Dégazer la pâte en l'écrasant avec le plat de la main puis la transvaser sur le plan de travail légèrement fariné. Replier la pâte plusieurs fois sur elle-même puis la diviser en 2 morceaux de même poids (environ 750g). Façonner chaque morceau en boule régulière clé bien soudée, aplatir légèrement la surface de la boule puis, avec l'index et le majeurs farinés, creuser un trou au centre en tournant les doigts pour l'agrandir de plus en plus jusqu'à ce qu'il mesure environ 7 cm (veiller à ce que la couronne obtenue soit régulière pour un meilleur rendu final). Déposer chaque couronne dans le moule, couvrir avec un torchon propre et laisser lever au moins 2 h : la pâte doit au pire atteindre le bord du moule mais l'idéal est de laisser lever jusqu'à ce que la pâte déborde légèrement, ce qui donne une belle base au kougelhopf.

Préchauffer le four à 180°. Enfourner les kougelhopf sur la même grille et cuire environ 35 à 45 min (vérifier avec un pic à brochette en bois qu'il ressorte sec) en posant une feuille de papier aluminium au-dessus des moules au bout de 20 min de cuisson à peu près. Sortir les kougelhopf du four, laisser "reposer" 1 min avant de démouler encore chauds sur le plat de service.

Pour servir, 1) saupoudrer de sucre glace, 2) badigeonner la surface des kougelhopf à la sortie du four avec du beurre fondu avant de les saupoudrer de sucre glace, ou 3) badigeonner les kougelhopfs avec un sirop de sucre parfumé à l'eau de fleur d'oranger et à l'extrait d'amandes (en plus de donner un joli aspect brillant au kougelhopf, le sirop permet d'assurer une meilleure conservation et une texture plus moelleuse).

 

04 janvier 2017

Soupe coco aux crevettes façon thaï

Recette d'Agnès

 

 

 

Pour 6 personnes

200 g de crevettes ou de blancs de poulet

1 poivron rouge

1 poivron jaune

½ botte d’oignons blancs

½ botte de persil ou coriandre

4 gousses d’ail

300 ml lait de coco

300 ml eau

5 cc cury

2 cs sauce soja

2 cs sauce nuoc nam

200 g pousses de soja ou haricots mungo

poivre

 

Dans un wok ou une cocotte, mettre l’huile à chauffer. Y mettre les poivrons en petits dés, l’ananas coupé petit, l’ail haché, le poulet ou les crevettes, les oignons.

Laisser dorer un peu puis ajouter le lait de coco, l’eau, le curry, les sauces, le poivre. Laisser cuire à feu doux 20 mn.

Ajouter le persil et les germes de soja juste avant de servir très chaud.

 

Mon avis : très bon !

 

03 janvier 2017

Gâteau aux deux chocolats et cranberries

Recette d'Agnès

 

 

 

Ingrédients :

1 pâte sablée

100 gr de cranberries sèches

180 gr de chocolat blanc

2 cs  de cacao amer non sucré

5 gr de levure chimique

150 gr de farine

80 gr de beurre fondu

100 gr de sucre

2 œufs

10 cl de jus d’orange

50 gr d’amandes mondées et grillées à la poêle

 

Préchauffer le four th 6/7. Préparer la pâte sablée et la laisser reposer le temps de préparer tous les ingrédients. Concasser les amandes grillées. Hacher grossièrement la moitié des cranberries et 80 gr de chocolat blanc.

Dans un saladier, battre les œufs avec  le sucre pendant 2 minutes puis ajouter le jus d’orange et le beurre fondu. Incorporer la farine, la levure, le cacao. Bien mélanger.

Etaler la pâte sablée puis en garnir un moule à manqué dans lequel on aura mis un papier de cuisson ( important pour démouler le gâteau sans le casser ou préférer un moule à fond amovible. ) Verser la préparation au chocolat. Emietter dessus les cranberries et le chocolat blanc hachés. Enfourner 30 minutes environ et laisser tiédir.

Faire fondre le chocolat restant au bain-marie. Napper le gâteau et parsemer d’amandes concassées et des cranberries restantes immédiatement.

 

Mon avis : nous avons beaucoup aimé, en dessert, avec un café ou un thé. Veiller à ce que le gâteau ne soit pas trop cuit (pourtant il faut que la pâte sablée le soit, elle) et saupoudrer généreusement d’amandes car elles apportent un coté croustillant très très agréable ! Les cranberries ajoutent un peu d’acidité et c’est juste parfait ! Vraiment très bon même 2 jours après ce qui peut être un gros avantage lorsqu'il faut s'organiser et anticiper la cuisson au four de plusieurs plats simultanément... Les amandes grillées apportent beaucoup de croquant et on pourrait envisager de les caraméliser un peu pour encore plus de " hummm !!!"

On peut tout à fait garnir de petits moules à tartelettes avec cette préparation et les offrir à Noël par exemple… (suggestion à peine voilée pour le thème du mois précédent que je n’ai pas eu le temps de faire...)

 

Posté par Ophelie Colliard à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,